Emile Zola - Au bonheur des dames

Mon 12 August 2013

In livres.

http://www.gutenberg.org/cache/epub/16852/pg16852.html

Personnages

  • Denise: Personnage principal du roman. Originaire de Valognes, elle arrive à Paris suite à la mort de ses parents, accompagnée de ses deux frères Pépé et Jean. Agée d'à peine 20 ans, elle doit subvenir seule aux besoin de ses frères. Du début à la fin du roman elle fait preuve de beaucoup de courage et d'honnèteté.

  • Pépé: Jeune frère de Denise, agé de 5 ans au début du roman.

  • Jean: Frère de Denise (16 ans). Bien qu'il a une place dès le début en apprentissage, il reste pour Denise un poids financier en venant régulièrement lui réclamer de l'argent pour ses histoires de femmes.

  • Mouret: Patron du Bonheur des Dames, il cherche à posséder la femme, que ce soit dans son magasin pour lui prendre son argent, en soirée pour le plaisir, ou en société pour accéder à des bénéfices. Il a notamment Mme Desforges comme maitresse, qu'il utilise pour atteindre le baron Hartmann.

  • Mme Desforges (Henriette): fille d'un conseiller d'Etat, veuve d'une homme de Bourse. Elle joue dans le roman le rôle d'entremetteuse en présentant le baron Hartmann à Mouret pour investir dans le Bonheur des Dames mais aussi à Bouthemont pour investir dans les Quatres Saisons, le concurrent du Bonheur des Dames. Mme Desforge est l'amante de Mouret et devient horriblement jalouse de Denise. Cette dame de haute classe finira par être surprise en train de voler au Bonheur des Dames.

  • Mme Marty, Mme de Boves, Mme Bourdelais: proches de Mme Desforges. Permettent à Zola de réaliser un portrait des différents type de consomatrices.

    • Mme Marty: acheteuse compulsive, elle vide le porte monnaie de son maris à chaque passage au Bonheur des Dames

    • Mme Bourdelais: fidèle aux petits commerces, elle finira au Bonheur des Dames après un haussement de ton au viel Elbeuf (boutique de Baudu)

    • Mme de Boves: économe elle compare les prix, profite du système de retour pour copier les patrons des habits et les rendre

  • Mr Baudu: Oncle de Denise, il tient le viel Elbeuf avec sa femme et sa fille Geneviève. Il doit marier sa fille à Colomban, à qui il doit en même temps léguer le magasin. Mais le Bonheur des Dames va le faire couler.

  • Colomban: Doit épouser Geneviève (cousine de Denise) et récupérer le viel Elbeuf. Mais il tombe amoureux de Clara et laisse mourir de chagrin Geneviève.

  • Clara: Vendeuse au rayon des confections avec Denise, elle sera la plus méchante vis à vis de Denise et la dernière à lui accorder enfin du respect. Elle séduit et joue avec Colomban pour blesser Denise via sa cousine.

  • Pauline: Vendeuse dans un autre rayon, elle sera la seule amie de Denise lors de son premier passage au Bonheur des Dames. Leur amitié persiste tout au long du roman.

Résumé

Suite à la mort de ses parents, Denise, accompagnée de ses frères Jean et Pépé, se rends à Paris chez son oncle Baudu. Celui-ci, petit commerçant en perte de clientèle, est bien embêté pour accueillir sa nièce. Dans le quartier un nouveau commerce écrase tous ses concurrents: le bonheur des dames.

Malgré la haine de son oncle pour le bonheur des dames, Denis réussit à s'y faire employer. Les débuts sont dures: Denise travaille sans salaire fixe et vit du "tant pour cent" obtenu à chaque vente. Les vendeuses de son rayon l'accueillent froidement, se moquant de son allure pauvre, de ses cheveux indomptés et ne lui laissent l'occasion de réaliser des ventes.

L'introduction de Denis au bonheur des dames est l'occasion de découvrir ce nouveau type de commerce. Mouret, son directeur, cherche à augmenter ses ventes en réduisant les marges. L'objectif étant de faire tourner le capital le plus de fois possibles en marchandises. Un produit phare, vendu sans marge ou à perte, attire les femmes qui pensent alors faire de bonnes occasions sur tous les produits proposés a leur yeux dans le magasin. Le fonctionnement interne est aussi pensé pour favoriser la vente: les vendeuses et vendeurs touchent un "tant pour cent" de leurs ventes effectuées. Autant que possible, Mouret essaie de motiver ses employés à être productif (via des primes).

Malgré le temps qui s'écoule, Denise n'arrive pas à trouver le respect des employés de la maison, sauf d'une seule amie: Pauline, vendeuse dans un autre rayon.

Suite à un malentendu, Denise ayant été surprise avec son frère, celle ci se fais renvoyer.

Commence alors pour Denise une vie misérable: elle trouve une minuscule chambre chez un artisan de parapluies: Bourras. Sans salaire, elle doit s'occuper de son petit frère Pépé et Jean continue de lui réclamer de l'argent pour des histoires de femmes. Denise trouve alors un poste chez Bourras qui l'embauche par pitié pour elle. Elle trouve ensuite une place chez un autre artisan mais les affaires ne vont pas bon train pour lui non plus...

Au hasard de la rue, Denise rencontre Mouret qui la reconnait et se souvient du mal-entendu de son renvoie. Sans savoir pourquoi, Denise ne le laisse pas indifférent, et bien que la conversation n'arrive pas à s'établir, il propose à Denise de revenir au bonheur des dames.

En revenant, Denise gagne le respect des autres vendeuses et vendeurs et s'intègre beaucoup mieux. Ce qui pour Denise était de l'intimidation et pour Mouret était du respect va progressivement se réveler être de l'amour. Mouret va tout tenter pour conquérir Denise, la faisant grader d'abord (seconde des confections, puis première d'un rayon d'habits pour enfants), puis en l'écoutant et en appliquant ses recommendations. Les employés constatent cette montée en puissance de Denise et lui accordent de plus en plus de respect, d'autant plus qu'elle garde toute sa douceur et son honneteté.

Bien qu'elle a avoué à son amie Pauline son amour pour Mouret, Denise se refuse à lui jusqu'à la dernière page, par respect des conventions et par honnêté. Ce que beaucoup considèrent comme des ruses de femme pour conquérir Mouret et le bonheur, reste pour Denise un poids énorme qui la met mal à l'aise et qui pousse en faveur du refus.

C'est finalement lorsque Mouret, désespéré et prêt à tous les sacrifices (il s'était juré depuis son veuvage, de ne pas se marier et de tenir les femmes en son pouvoir, notamment via le bonheur des dames), propose Denise en mariage que celle ci, après avoir refusé, lui avoue son amour.