Ski de randonnée dans l'Ariège

Mon 03 August 2015

In sport.

Sortie ski de randonnée FSGT dans l'Ariège du 1er au 7 mars 2015.

Logement

Nous avons logé en demain pension au relais montagnard à Orlu. La nouriture était excellente, très bien préparée et présentée. Nous étions servis par assiette et non par plats, ce n'était pas assez copieux à mon goût. Nous avons eu droit aux spécialités ariégoises qui étaient très bonnes mais plutôt lourdes. C'est un excellent restaurant mais pour une semaine sportive cela manquait de pâtes ou féculents qui remplissent bien l'estomac.

Nous avions un étage dédié avec espace cuisine ce qui nous permettait de nous rassembler autour d'une bière en rentrant ou de préparer nos casses-croutes pour le lendemain.

Dimanche: Pic de Tarbésou

  • Dénivelé: 500m
  • Participants: tout le groupe

Nous sommes tous allé au Pic de Tarbésou, une petite course prévue de 850m de dénivelé environ. Les conditions étaient très mauvaises, il a plut quasiment toute la journée et nous étions trempés. La visibilité était également très mauvaise ce qui nous empêchait de nous repérer facilement ou d'apprécier le paysage. Nous n'avons pas fait la course en entier à cause du temps.

Lundi: Pic de Canals

  • Dénivelé: 800m
  • Participants: tout le groupe

Le temps était plutôt beau et s'est couvert lorsque nous avons finis de manger sur la crête. Nous sommes montés en suivant le GR jusqu'au pylône environ. Ensuite nous avons finis en suivant la crête. Le passage pour arriver au dessus de la crête n'était pas évident à cause de la neige qui était gelée. Une partie du groupe est redescendue faire le sommet en face (petit sommet assez plat). Nous avons mangé sur la cre en nous demandant comment il était possible de poursuivre pour aller jusqu'au sommet: le crête devenait très raide, les crampons étaient probablement nécessaires. Nous sommes donc redescendus le long des bois puis à travers bois jusqu'au GR. La neige était transformée par endroits, croutée à d'autres. Le passage à travers bois n'étais pas évident. Arrivé au GR nous avons retrouvé le deuxième groupe.

Mardi: Cresta dels Llosers

  • Dénivelé: 1250m
    • 1ere montée: 900m
    • 2e montée: 350m
  • Participants: Damien, Sylvain et moi

Départ du carrefour à 1773 sur la N320 car la route du col de Puymorens est fermée. L'approche est plate est longue, mais avec Damien et Sylvain on ne traine pas. On s'avance jusqu'au fond de la vallée avant de bifurquer à droite en direction du sommet. La fin est verglassée, il faut sortir les couteaux. J'arrache deux vis d'une fixation en tapant des skis pour faire ma trace. On finit la montée à pieds jusqu'au sommet par manque de neige. Là une magnifique descente nous attend: neige transformée parfaite, que du bonheur! Pic-nic au plat du rec de Querforc en plein soleil puis remontée jusqu'au col sur la crête des Llosers. Damien trace devant à un rythme soutenu, malgré la chaleur!

Deuxième descente sur le versant nord très soufflé et très glacé. On rejoint ensuite le vallon et on descend à flan jusqu'au col. Reste à rejoindre le carrefour de départ sur la route couverte de neige transformée qui ne glisse pas: il faut pousser sur les batons jusqu'à la voiture.

On passe par la location changer mes skis: je rends des skis lourds pour d'autres skis encore plus lourds mais moins larges (à part une fixation qui tient, je n'ai rien gagné au change). Mes nouveaux skis sont des Dynafit Legend 8000 en 1m70. Malgré l'inamabilité du gérant, il me les échange sans discuter. Puis rendez vous au bar avec les autres groupes pour une petite bière.

Mercredi: But (Pic de la Mina raté, Pic Querforc raté, exploration à Orlu)

  • Dénivelé: 870m
    • Querforc: 670m
    • Orlu: 200m
  • Participants: Cédric, Hélène, Benoit, Sylvain, Nico, JB, Magalie, Louis et moi

Aujourd'hui, il neige et le plafond est bas. On part pour le pic de la Mina mais une avalanche a coupée la route. Après consultation des cartes, on se rabat sur le pic de Querforc juste à côté. Départ de l'Hospitalet. On suit la route (longue et plate) jusqu'à une bifurcation: la moitié du groupe continue sur la route tandis que l'autre moitié tente le GR. Ce dernier s'est fait emporté par une avalanche et on finit au jugé à travers bois ce qui offre une ambiance magnifique. On retrouve le deuxième groupe pour continuer sur la route. L'itinéraire choisis nous conduit de nouveau sur le GR qu'on ne trouve pas: peut importe on coupe droit dans le bois jusqu'à un chemin qui nous offre plusieurs alternative: Continuer à monter mais c'est très raide; continuer du côté du GR mais il s'est fait emporté par l'avalanche; continuer de l'autre côté mais on est dans un bois contrairement à la pente libre qu'on attendait d'après la carte. On se tate, on essaie, on commence à avoir froid jusqu'à décider de faire demi-tour. On redescend à travers bois jusqu'à la route. La moitié du groupe redescends aux voitures en poussant sur les batons tandis que l'autre fait une mini-descente puis remontée dans une pente sous la route.

Au refuge on digère le but jusqu'à ce qu'Hélène vienne nous chercher pour une nouvelle exploration: avec Cédric ils ont discuté avec Roberto (on ne connait pas son vrais prénom) qui leur a donné plein d'idée de courses. Cédric, Hélène, Nico, Benoit et moi partons donc en direction des forges d'Orlu pour explorer le chemin qui monte jusqu'au Fanguil. On repassera probablement par là demain. En plus d'occuper l'après midi cela nous permet d'aller voir la dent d'Orlu. On avance tranquillement, on papotte beaucoup. Le temps étant couvert, la dent d'Orlu est cachée, ce qui ne nous empêche pas de l'imaginer un peu partout, même du mauvais côté de la vallée. Retour au gîte en bavardant.

Pour finir la journée, une petite heure aux thermes. Hélène et moi optimisons le temps: il nous a probablement fallu à peine quelques minutes pour passer de l'entrée aux bains.

Jeudi: Col de Lannos

  • Dénivelé: 1600m
  • Distance: 2 x 13,5km
  • Durée: un peu moins de 11h
  • Participants: Cédric, JB, Nico, Hélène et moi

J'ai longuement hésité avant de m'inscrire sur cette course: elle s'annonce très longue avec un dénivelé supérieur à tous ce que j'ai fais jusqu'à présent, autant dire que je doute de ma capacité à pouvoir aller jusqu'au bout. Heureusement Cédric sait nous vendre sa course et avec Hélène on se motive mutuellement. On se prévoit aussi un échapatoire au dernier refuge au cas où...

La météo s'annonce belle avec beaucoup de vent.

La route, assez courte heureusement, est mauvaise mais Damien nous dépose aux Forges d'Orlu. Départ à 7h20. Connaissant la route jusqu'au Fanguil nous traçons sans nous arrêter. La dente d'Orlu n'est pas visible. On continue sur le GR, on passe plusieurs monticules de neige dûs aux avalanches. Ambiance chemin forestier, c'est très joli. La pente est faible, la température est basse mais on ne ressent pas encore le vent. On avance sûrement.

Arrivent alors les prairies de Gaudu, un grand plat très exposé au vent: nous sommes gelés. Heureusement nous entrons de nouveau en forêt et nous commençont à monter plus sérieusement à la sortie de ces prairies. 300m de montée dans les bois n'auront pas réussi à me réchauffer complètement du vent de Gaudu!

Nous continuons sans encombre notre montée jusqu'à l'étang d'en Beys. Petite pause derrière un rocher au bout de l'étang pour soulager les pieds d'Hélène. Roberto avait raison, le paysage vaut le coup d'oeil: nous sommes seuls, entourés de ces hauts sommets! Il est midi.

Il est maintenant temps de monter sérieusement à notre col de Lanos. Très rapidement nous arrivons sur des pentes raides et glacées. Il faut sortir les couteaux. JB et Cédric passent un passage raide avec un peu de vide en dessous, je les suis sans être très rassuré. Hélène, qui a fait tomber un couteau (récupéré par Nico heureusement), nous impressionne en traversant avec un seul couteau. Quant à Nico, il galère à fixer ses couteaux et JB est obligé de revenr l'aider. Il passe le passage avec peine, son matériel n'étant pas adapté à ce genre de conditions.

Nous continuons jusqu'au lac à 2229. Nico déclare forfait et décide de nous attendre pendant que nous finissons jusqu'au col.

La commencent les problèmes pour JB: sa fixation n'arrête pas de lacher. Sans se décourager, il déchausse et finis les 200 derniers mètres de dénivelé en portant ses skis.

Nous arrivons au col vers 14h45, ce qui nous ouvre une vue magnifique sur le plateau de Lanos! Le vent est à décorner un boeuf, on profite de la vue en tentant de s'abriter derière un rocher. On dépote et on redescends sur nos pentes glacées. On récupère Nico et on descends jusqu'au lac d'en Beys sur lequel il faut pousser avec les batons.

Ma frayeur du froid venté et glacial du plateau de Gaudu se révèle erroné: il n'y a plus de vent! Nous avons même la chance de rencontrer des cerfs et des Isards. On se trompe légèrement sur notre itinéraire ce qui nous oblige à traverser le torrent à pieds. Petite pause à côté de la cabane de Josse du Printemps.

On continue la descente jusqu'à ce qu'enfin nous appercevions notre tant attendue dent d'Orlu! Moment d'extase et sortie des appareils photos!

Toute la fin du parcours s'effectue sans encombres sur une petite route en pente douce enneigée jusqu'au bout. Il faut quand même pousser sur les batons à certains endroits. Hasard heureux, nous arrivons vers 18h aux Forges d'Orlu au moment même ou Jean Louis vient vérifier si nous y sommes.

Ce fût une longue et magnifique course. Les paysages étaient époustouflants et très sauvages. La course était très variée: passages en forêts, plats, pentus, glacés. Le vent nous a rafraichit et parfoit glacé. Nous avons finis les 300 derniers mètres aux couteaux. Une course bien éprouvante que je finis fatigué mais pas épuisé. Et surtout heureux de l'avoir fait!

De retour au gîte nous apprenons que le vent a empêché les deux autres groupes de finir leur courses. Le groupe de Jean-Louis n'a pas fait les 200 derniers mètres, quant au groupe de Damien, il a renoncé à sa traversée au milieu de la montée du premier col.

Le tracé est disponible ici

Vendredi: traversée Puymorens - Orgeix

  • Dénivelé: 1300m
    • 1ere montée: 670m
    • 2e montée: 300m
    • 3e montée: 400m
  • Distance: 21km
  • Participants: Cédric, Damien, JB, Philippe, Louis et moi

Après la longue et éprouvante course de jeudi, j'hésite à me lancer dans celle çi qui s'annonce encore plus longue et avec plus de dénivelé. Heureusement un deuxième groupe prévoit la traversée Col de Puymorens - Merens, cela me laisse donc un échapatoire donc je décide d'y aller.

Départ très plat mais assez rapide dans le val d'en Garcia. J'ai les jambes lourdes et envisage déjà l'échapatoire. Inversement Louis (inscrit pour l'autre traversée) décide de tenter la course avec nous. On arrive en haut de la Coma d'en Garcia sans difficultés. Le plus dur est déjà passé, les jambes sont maintenant chauffées et il ne reste plus qu'à se faire plaisir.

On passe encore une fois dans de très beaux paysages.

Itinéraire: - Portella de la Coma d'en Garcia - Jasse du Pla - Porteille des Bésines - la Présasse - col de la Parade - descente vers Orgeix via la route longue et peu pentue (on pousse et on finis à pieds)

Ca aura été une très belle course, plus facile que celle de jeudi.

Le tracé est disponible ici

Samedi: Pic de la Mina

  • Dénivelé: 800m
  • Participants: Cédric, Hélène, JB, Jean Louis et moi

Depuis le temps qu'on en parlait, il fallait bien qu'on le fasse enfin. Petite course de fin de séjour. On monte tout droit au sommet et on redescend... du moins d'après nos plans. Trop confiant, on suit un skieur et on commence la montée du pic dels Pedrons avant de se rendre compte de notre erreur et de redescendre dans le vallon pour attaquer finalement le pic de la Mina.

La neige est bien gelée, on sort les couteux: Cédric en perds un ski (heureusement il ne part pas trop loin). On monte tranquillement, sans se presser et en papotant beaucoup. Au sommet on prends notre temps et on admire les sommets qui nous entourent.

Sur la descente, on fait une petite visite des anciens batiments de la Mine de Pimorent. Juste en repartant JB casse la fixe de son ski... heureusement que c'est la fin! Il descend ce qu'il reste sur les fesses.

Retour voiture, retour gîte, on rends les skis, on plie bagages et retour en direction de Paris!